Un aperçu de votre chambre, N° 667

Chambre 667…

La caresse d’un vent léger en guise d’accueil.

Musique en sourdine depuis les haut-parleurs d’une microchaîne Panasonic SC-HC395 : Summertime, interprété par Mrs Ella Fitzgerald.

Rideaux couleur jaune de Naples sous une brise indolente, effet Gatsby le Magnifique, dix-huit heures et dix-huit minutes en chiffres rouges sur un réveil électronique Seiko.

Point d’équilibre précaire, quelque part entre une fin de journée et le début de la soirée.

Moquette parme et moelleuse — aucun bruit de pas —, mais bientôt les foulées de fantômes, d’humains et de monstres inquiets ou moqueurs.

Senteurs légères et suaves de jasmin, d’églantine et d’amaryllis.

Fleurs d’un rouge éclatant et rose tendre — feu d’artifice statique près d’une carafe en cristal Lalique et son eau bleue pétillante.

Au mur sud, une peinture en trompe-l’œil de Pere Borrell del Caso, Jeune garçon sortant du tableau.

Au mur nord, un diptyque signé Andy Warhol : sérigraphie en cinquante images — vingt-cinq couleur, vingt-cinq noir et blanc — de Marilyn Monroe.

Lit Imperial Spring Pause de deux mètres sur deux à gauche, couvert d’une couette pistache en coton damassé, et un chocolat aux éclats de menthe sur chaque oreiller.

 En face, une petite bibliothèque tournante anglaise ; ouvrages de Ray Bradbury, Richard Brautigan, Steven Millhauser, Charles Baudelaire, Stephen King, O. Henry, Philip K. Dick, Serge Brussolo, Edgar Allan Poe et Edogawa Ranpo.

Ventilateur à pales au plafond, rotation lente, température idéale, sensation de félicité, mais sentiment d’étrangeté — le monde d’un autre monde…

Miroir profond sur pied, molécules nonchalantes — dont les vôtres — s’y reflétant au ralenti.

Sixième étage, vue sur le Jardin Labyrinthique et un séquoia millénaire dans un ciel pur et bleu marine balayé de nuages cotonneux — infini à portée des hirondelles.

Bagages au sol, à côté d’un pied gainé et torsadé ; celui d’un bureau à cylindre époque Louis XV en marqueterie à cubes sans fond.

Cylindre ouvert sur son théâtre : trois tiroirs, quatre compartiments, un plateau coulissant garni de cuir vert. Et une note manuscrite, à votre attention :

« L’Hôtel Silencio est enchanté de vous compter parmi ses augustes clients et vous remercie de la confiance que vous lui avez accordée. Nous sommes convaincus que vous allez vivre une expérience inoubliable et que votre séjour sera placé sous le signe de l’exception.

Nous tenons toutefois à vous prévenir que cet endroit présente des particularités qui peuvent s’avérer déroutantes de prime abord. En effet, notre hôtel s’étend au-delà des frontières de l’Espace et du Temps, mais également parfois au-delà de l’entendement et de la morale. Ces particularités pourront déclencher chez vous des accès de peur, voire de panique totale. Le cas échéant, vous pourrez à tout moment vous téléporter dans votre chambre pour vous y mettre à l’abri, en répétant, à haute et intelligible voix, le numéro de cette dernière à trois reprises. (Pour plus d’informations sur les consignes de sécurité relatives aux phénomènes paranormaux, angoissants ou terrorisants, veuillez consulter le panneau affiché sur la porte de votre chambre.)

Bien évidemment, si vous vous tenez présentement à lire cette note, cela signifie que vous appréciez l’étrangeté, l’insolite, les curiosités, la lugubrité, mais également le fantastique, le paranormal, l’anormal et le réalisme magique. Mais, deux précautions valant mieux qu’une, vous trouverez ci-joint à cette note une décharge à dater et signer, stipulant que vous êtes ici de votre plein gré et que notre établissement déclinera toute responsabilité en cas d’accident physique, psychique ou parapsychique que vous pourriez subir.

Vous n’allez pas tarder à assister ou à participer à des aventures sortant du cadre de la vie ordinaire. Car chaque chambre et chaque lieu de l’Hôtel Silencio ont une histoire à vous raconter ou à vous faire vivre. Vous pourrez au choix (i) vous promener au sein de notre établissement comme bon vous semble, ou (ii) suivre les petits renvois que nous laisserons à votre intention en fin de chaque visite (voir ci-dessous, « Que désirez-vous faire à présent ? »).

Pour déroutantes qu’elles paraissent, ces consignes ne tarderont pas à vous devenir familières ; nous sommes sûrs que vous prendrez vite vos marques parmi nous. La seule chose à savoir est que l’Hôtel Silencio est un endroit spécial, dont les limites s’étendent au-delà de l’imagination. Nul doute que cet infini terrain de jeu saura répondre à vos attentes les plus folles…

L’Hôtel Silencio vous remercie une dernière fois de la confiance que vous lui avez accordée, et vous souhaite un étonnant séjour en ses murs, ses jardins, ses rêves, et ses multiples dimensions… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :